Lemroudj-Draa kébila

Lemroudj-Draa kébila

Fêtes ou tapage nocturne ?

 



 

Chaque été, nous assistons à l'organisation de plusieurs fêtes notamment de mariage et de circoncision ; de prime abord, c'est légitime que les initiateurs expriment leur joie et s'extériorisent quelques instants. Cependant, souvent, ces fêtes sont accompagnées de galas qui se transforment en tapage nocturne qui portent préjudices aux voisins sans que les autorités chargées d'assurer la paix et la tranquillité en tous lieux et à tous moments ne se manifestent.

 

S'il est admis que chacun est en droit d'organiser la fête chez lui et au moment qu'il a choisi, il ne faut pas non plus oublier les droits des autres, notamment des voisins, qui ont besoin de paix et de tranquillité pour se reposer et se préparer à l'accomplissement de leurs tâches convenablement le lendemain.

 

 Hors, ces dernières années on assiste à des comportements inadmissibles d'autant plus qu'ils sont gênants et portent préjudices à tous les voisins. Souvent les initiateurs de fêtes font accompagner ces dernières de galas qui dégénèrent en vacarme et tapage nocturne qui se prolongent tard dans la nuit ; ce genre d'agissement remettent en cause le principe communautaire qui exige de tous les membres de la société le respect mutuel des droits et devoirs reconnus à tous.

 

 Ce qui est encore plus inquiétant, c'est le mutisme de ceux qui sont chargés d'assurer la paix et la tranquillité en tout lieu. Car, les voisins ne peuvent qu'endosser bouches cousues,  puisque eux aussi font la même chose lors de leurs fêtes. Dans cette situation, c'est surtout les malades et les bébés qui subissent de lourdes conséquences.

 

 Doit-on laisser faire comme ça sous prétexte que les gens sont en fête ? Doit-on continuer à ignorer les droits des malades, des personnes âgées et des gens qui ne supportent pas la pollution sonore et les insomnies qu'elle induit ? Il est temps que la société se réorganise sur de bonnes bases communautaires ; pour cela, il faut que les citoyens reprennent conscience et que les arbitres (l'administration) fassent leur travail de régulateur qui est le sien. C'est à ce prix que pourrions aspirer à accéder au rang de société civilisée et moderne, c'est aussi de cette façon que nous pourrions vivre chacun selon ses aspirations sans se gêner mutuellement.

 

 Auteur : Rachid Sebbah

 



23/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 30 autres membres